Une petite taverne bien agréable où il fait bon d'entendre grôler des hôtes particulièrement fournis en masse chevelue et où trainent toutes sortes de méchamment gentilles créatures. Un bon petit coin dédié à la musique...
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Fallait passer par là...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin


Messages : 14
Date d'inscription : 28/08/2007
Localisation : Région parisienne

MessageSujet: Fallait passer par là...   Sam 16 Fév - 20:05

Oui, je sais, c'est vide...mais j'écris pour moi, pour le plaisir de savoir que je partage mes passions.

Et puis zut ! Comment ne pas commencer la période avec ce groupe merveilleux que sont (pff...je n'ose dire qu'étaient) les Beatles.
The Beatles.

Hey Jude, Yesterday, All you need is love, Love me do,Lady madonna, Let it be (raaaaah), Hello Goodbye (que l'on a presque tous appris à l'école), ou encore Yellow Submarine (que tout monde ne maudit pas pour les costumes, mais bien pour le thème Very Happy), Help...tout ça, tout ces merveilleux titres que lorsqu'on les entend on se dit : ah bon, c'est aussi eux, ça ? ou encore l'impression d'avoir entendu ces mélodies toute sa vie...ou même le clash sentimental avec (pour moi) Strawberry fields forever.

Que ce soit de la première période avec des mélodies "enfantines" et naïves (représentée par la véritable arnaque financière qu'est le fameux CD compil "Le Rouge" selon moi), à la deuxième période riches en tubes plus travaillés et recherchés ("Le Bleu", un régal...).

Et ce n'est pas sans fierté que j'ai les deux vinyls "Le Bleu" et "Le Rouge" dans ma ptite collection (merci papa pour tes goûts de jeunesse)...

Un historique non rébarbatif, simplet, juste pour s'informer un minimum que je me ferais un plaisir de continuer avec vos infos (parfois, vous savez, les fantômes...) :

Alors voilà, tout commence à Liverpool. Liverpool, 1957. John Lennon fonde un groupe, "the Quarry Man" avec Paul Mc Cartney et Georges Harrison. Une apparition télé en 1959, mais pas de grand éclats. Renommé "Johnny and the Moondogs" avant de prendre enfin le nom emblématique qu'on lui connait en 1960, "The Beatles" (pour ceux qui vivent dans une mousse artificielle depuis la création de la langue anglaise, Les Scorpions).
Automne 62, premier succès avec "Love me do" (love, love me do...you know, I love you), leur premier 45 tour et le premier carton en Angleterre (leurs premières fois dans tous les domaines...). En cherchant à décrire leur style, ils abandonnent les temps du rock'n'roll américain qui flamboie encore avec Elvis Presley pas totalement à la poubelle (j'suis sympa ^^). Pas de paroles sur le "sex drugs and rock'n'roll", des paroles mignonnes et presque naîves, la joie de vivre et pas de saletés chez nos amis British. Plus de cuirs, de banane, place aux cheveux cours, et aux costumes-cravates. Que du bonheur en pensant à comparer ces Beatles avec les Cramps ! (hu hu)
L'Angleterre, ne leur suffit plus, ils foncent en Europe et séduisent le public, puis rentrent dans leur pays.
Les tubes s'enchaînent, l'engouement ne faiblit pas, la grosse caisse de la batterie du groupe affiche plus fièrement que jamais "The Beatles".
Et ne me demandez pas de choisir entre le rock'n'roll américain et anglais de l'époque, là n'est pas la question, mais les Beatles envahissent le Nouveau Monde...

Alors voilà, on s'aime, tout le monde chante, danse et pendant ce temps, nos scarabés deviennent de vraies légendes vivantes, des mythes, des monstres de la musique !

Arrivera la triste et mystérieuse séparation des Beatles au sommet de leur gloire en 1970. Les mauvaises langues diront que c'est la faute à Yoko Ono, mais qu'importe, les huit années de réel bonheur s'enfuient...

Vraiment ? Non ! Georges Harrison continuera jusqu'à son décès le 29 Novembre 2001 à enregistrer et à écrire de la musique.
John Lennon, après un merveilleuse carrière solo, est assassiné par un malade mental, un fan fou...
Après tout, seul un s'en tirera bien (et s'en tire encore bien), c'est notre Macca. Paul Mc Cartney crée un groupe avec sa femme Linda, les Wings, puis entame un fabuleuse carrière solo.

Il a 60 ans, la magie des Beatles continue à vivre, même si c'est le seul survivant.

Le batteur, quand à lui, Ringo Starr est toujours vivant, mais selon moi, le talent est passé chez le fiston, Zak Starkey qui joue avec les Who et Oasis...

J'ai sans doute été subjective sur certains points, mais le gros a été dit.
Alors écoutez les Beatles, ce groupe qui réunit aujourd'hui les générations avec bonheur...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://au-bon-trollien.talk-forums.com
 
Fallait passer par là...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Passer une sample de ''33t'' à ''45t'' avec PROGRAMM (mpc)
» Fallait pas dormir !
» Passer de fretless a fretted sans changer de basse
» methode pour passer à une autre dimension
» Comprendre les émotions que veut faire passer le compositeur

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au bon Trollien :: Année 1666-
Sauter vers: